leçons linguistiques de Potter

Leçons linguistiques à tirer de Harry Potter

Aux côtés des nombreuses leçons morales que l’auteur J. K. Rowling a tissées dans son histoire de renommée mondiale, il est également possible d’acquérir des connaissances linguistiques dans le monde de Harry Potter, dans les livres tout autant qu’à l’écran.

Traduire des mots typiquement « british » :

D’un point de vue lexical, la saga Harry Potter est une belle source de vocabulaire idiomatique purement britannique – à tel point que des traducteurs ont dû changer totalement certains mots pour qu’ils soient plus appropriés culturellement, ou parce qu’aucun équivalent exact n’existait dans l’autre langue. Même dans la version américaine, le titre original du premier livre, Harry Potter and the Philosopher’s Stone, devient Harry Potter and the Sorcerer’s Stone, ‘philosophe’ étant remplacé par ‘sorcier’. Le titre français, pourtant, a un sens encore différent – Harry Potter à l’école des sorciers.

 Alors, quels sont les mots qui posent tant de problèmes aux traducteurs ? Jetons un œil…

Les meilleurs exemples sont souvent des interjections ou des injures qui illustrent bien la richesse du langage anglais courant. Par exemple…

  • « Bloody Hell ! » (Interjection)

Bien que cette expression ne soit pas utilisée dans les livres, Ron Weasely (l’ami de Harry) l’utilise dans les films chaque fois qu’il est choqué, effrayé ou surpris. C’est une phrase un peu vulgaire qui veut dire mot à mot « Enfer sanglant ! », parfaite pour des moments d’exaspération (sauf si on est en bonne société, évidemment…)

  • «Ruddy » (Adjectif)

Vous avez peut-être remarqué que « ruddy » ressemble à « bloody », et il y a une bonne raison ! « Ruddy » est en fait la forme euphémique de « bloody », c’est à dire qu’en changeant un peu les lettres, ça devient moins vulgaire, comme « sacré bleu » est né de « sacré dieu ». Comme « bloody », c’est un adjectif, donc on peut le mettre avant n’importe quel nom pour exprimer la frustration. Hagrid, par exemple, dit « Ruddy stargazers (astronomes amateurs) ! », quand il parle des centaures qui sont obsédés par la position des étoiles.

  • « Peabrain » (Nom)

Ron, notre dictionnaire d’injures anglaises, utilise ce mot quand il attaque le troll dans le premier livre. « Peabrain » insinue que la cible est idiote en suggérant que son cerveau est aussi minuscule qu’un petit pois.

  • « Oaf »  (Nom)

Injure utilisée par Malfoy envers Hagrid, « Oaf » est utilisé pour décrire quelqu’un de maladroit et imbécile.

  • « Codswallop » (Nom)

Un mot génial pour décrire des bêtises. Hagrid l’utilise quand il ne croit pas ce que quelqu’un a dit – que les dragons sont dangereux, par exemple…

Comprendre l’accent anglais, ou plutôt les accents anglais !

Outre son vocabulaire typiquement britannique, Harry Potter présente aussi de nombreuses particularités d’accents régionaux. Comme en français, les accents dans les films sont facilement identifiables par un locuteur natif, mais pouvez-vous les discerner dans un film anglais ? Les accents les plus caractéristiques sont ceux de Neville Longbottom, qui vient du Yorkshire, de Seamus Finnigan qui est irlandais, de McGonagall qui est écossaise, et d’Hagrid qui a un accent du sud-ouest de l’Angleterre. Justement, l’accent de Hagrid est présenté de manière orthographique dans les livres sous forme des lettres avalées ou des changements vocaliques. « Mighta bin a dragon dealer » veut dire « He might have been a dragon dealer » (il a du être marchand de dragons), par exemple. Cette tendance linguistique est extrêmement courante en anglais, alors comprendre Hagrid , c’est de très bonne préparation au monde anglophone !

Apprendre une langue étrangère peut s’avérer fort utile !

Quoique « differences of habit and language are nothing at all if our aims are identical and our hearts are open » (les différences de coutumes et de langue n’ont aucune importance tant que nos objectifs sont les mêmes et que nos cœurs sont ouverts (Harry Potter et la coupe de feu)), Harry Potter souligne néanmoins l’importance de la connaissance des autres langues plusieurs fois.

D’abord, qui peut oublier que la prononciation est la clé du succès en prononçant « Wingardium Leviosa ». Hermione a sans doute raison en rectifiant Ron, puisqu’elle est la seule personne de réussir à jeter le sort.

De plus, Dumbledore nous conseille de « never forget Wizard Baruffio, who said ‘s’ instead of ‘f’ and found himself on the floor with a buffalo on his chest » (N’oubliez jamais le sorcier Baruffio, qui a prononcé ‘s’ au lieu de ‘f’ et s’est retrouvé à terre avec un bison sur la poitrine). Si vous n’êtes pas grand fan des bisons, faites donc attention à votre prononciation en apprenant une nouvelle langue !

L’auteur insiste clairement sur les bénéfices de parler plusieurs langues. Imaginez le chaos si Harry n’avait pas su parler Fourchelangue (Parseltongue en anglais) ! La saga aurait fini après le deuxième livre.

Plus important encore, cependant, est la connaissance du latin que J. K. Rowling a mis en avant dans ses œuvres. Regardons ci-dessous comment le latin a influencé le monde des sorciers :

  • « Expelliarmus ! »

Probablement le sort le plus connu dans Harry Potter pour désarmer l’adversaire, ses racines sont, quelle surprise, latines. Expellere, qui veut dire « expulser » est mélangé avec arma, « arme », pour former ce sort.

  • « Nox ! »

Le sort pour faire apparaître l’obscurité prend son nom du mot latin « nuit ».

  • « Draco Dormiens Numquam Titillandus. »

Comme beaucoup d’écoles prestigieuses, Poudlard (ou Hogwarts) a une devise latine. Elle se traduit par « Ne chatouillez jamais un dragon qui dort ».

  • Minerva

‘Minerva’ est le prénom de Professeur McGonagall, et fait référence à la déesse romaine de la sagesse – une qualité appropriée pour son homonyme !

Il semble donc qu’Harry Potter ne soit pas seulement une histoire fantastique qui parle d’un monde magique loin du nôtre, mais qu’il y ait en fait plusieurs leçons importantes à en tirer. Si vous comptez améliorer votre niveau d’anglais, ou simplement vous motiver pour apprendre une nouvelle langue, alors lisez Harry Potter – en anglais original car après tout, c’est facile si on connaît déjà l’histoire !

Et pour vous mettre dans la peau d’Harry Potter, rien de tel qu’un séjour dans un de nos nombreux colleges britanniques … mais n’oubliez pas votre baguette magique !

Catégorie : Comprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>