feux d'artifices en novembre

Le 5 novembre – L’anniversaire de la Conspiration des Poudres

« Remember, remember,

The fifth of November,

Gunpowder treason and plot.

I see no reason

Why gunpowder treason

Should ever be forgot. »

(« N’oubliez pas le 5 novembre, le complot de la poudre à canon.

Je ne vois aucune raison qu’on oublie cette trahison. »)

 

Depuis plus de cinq siècles, les habitants du Royaume Uni fêtent le 5 novembre tous les ans – mais pourquoi ? Que fêtent-ils ? Bonfire Night, aussi dite Guy Fawkes Night pour des raisons qui deviendront claires ci-dessous, célèbre le complot raté qui avait pour but de faire sauter le parlement anglais en 1605. Bien que la célébration se distingue de plus en plus de sa signification originale, c’est encore un événement important avec une histoire étrange et fascinante…

 

Au fil du seizième et dix-septième siècle, il y avait de trouble religieux important causé par les alternances fréquentes entre les souverains protestants et catholiques. À l’époque du complot – l’année 1605 – les catholiques faisaient face à la persécution en masse, et même à l’exécution. Naturellement, ils déploraient cette situation, et s’ils avaient mis beaucoup d’espoir en le Roi James 1er , pensant qu’il serait plus tolérant envers les catholiques (car fils de la catholique dévoué Marie reine des Écossais) ils furent pourtant très déçus que la persécution catholique continue pendant son règne.

 

Un petit groupe de catholiques mécontents, mené par Robert Catesby, ont donc projeté de faire exploser la Chambre des Lords, une partie du gouvernement anglais, le 5 novembre, pour tenter d’assassiner le roi et de le remplacer par un chef catholique. Le responsable des explosifs (36 tonneaux de poudre à canon – assez pour réduire la Chambre des Lords à un tas de cendres) était – quelle surprise – Mr Guy Fawkes. Tout était organisé et prêt ; ils avaient réussi à faire entrer les explosifs clandestinement par des sous-terrains, où Fawkes restait en position pour y veiller jusqu’au complot. Jusqu’ici, tout va bien.

 

Mais, REBONDISSEMENT, quelqu’un avait découvert le complot, et avait écrit une lettre anonyme à Lord Monteagle, lui déconseillant d’aller au Parlement le 5 novembre. L’ayant partagée avec quelques pairs, ceux-ci avaient décidé d’attendre le dernier moment pour déjouer l’attentant et ainsi éviter d’éveiller les soupçons des assaillants. Le groupe de Fawkes ne voyant aucune résistance ont continué la mise en œuvre de leur plan d’attaque. La nuit du 4 novembre, on a commandé une enquête à Westminster (là où la Chambre des Lords est située) pour trouver des preuves du complot. Tout d’abord, on y a trouvé un gros tas de bois de chauffage dans une cave (parmi lequel la poudre à canon était cachée). À minuit, on y a également découvert Fawkes, qui fut tout de suite arrêté. La plupart de ses conspirateurs fuirent Londres dès qu’ils comprirent que le complot avait été déjoué, mais beaucoup d’entre eux (y compris Robert Catesby) furent tués, tandis que les autres furent arrêtés. Ils ont tous été jugés pour la trahison, et ils furent condamnés à être pendus, traînés, puis écartelés. Aïe. Pour célébrer l’échec du complot et la survie du roi, les gens ont allumé les grands feux tout autour de Londres, et quelques mois plus tard on a instauré une fête annuelle de gratitude. L’événement a renforcé le sentiment anticatholique, et les gens ont commencé à brûler des poupées représentant Guy Fawkes, fabriquées en vieux vêtements rembourrés avec de la paille ou des journaux.

 

Cette tradition continue dans une certaine mesure aujourd’hui, mais ce sont maintenant des effigies (ou « Guys ») anonymes qui sont destinées à être à brûlées, la signification religieuse de l’événement ayant pratiquement disparu. En fait, de nos jours, les gens plaisantent en disant qu’on ne sait pas si on célèbre l’échec du complot ou le fait que la Chambre des Lords parte en fumée… Néanmoins, tous les 5 novembre (ou plus souvent le week-end le plus proche), les organisations du coin, les éclaireurs ou les mairies organisent les fêtes, quelquefois payantes, avec un grand feu, des feux d’artifices et un buffet avec des pommes de terre en robe des champs ou des hot dogs. Certains fêtent aussi le 5 novembre dans leur jardin. La fête le plus impressionnante a lieu à Lewes, Sussex, où se déroule un grand festival avec des grands feux et des parades qui exhibent souvent des effigies caricaturales d’hommes politiques célèbres comme Trump ou David Cameron.

 

Fêtez le 5 novembre vous-même en 2018 avec un séjour linguistique en Angleterre (pendant les vacances de la Toussaint)…

 

Catégorie : En pratique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>