5509233197_ab2a97d556_b-881x512

Le Grande Débat : devrait-on rétablir les « Grammar Schools » en Grande Bretagne ?

Sujet d’actualité très prisé par les média ces derniers mois : Theresa May, la nouvelle Première Ministre du Royaume-Uni, a proposé de rétablir les « Grammar Schools » dans le système éducatif britannique.

88073597_Mandatory_Credit_Photo_by_Geoffrey_Swaine-REX-Shutterstock_5577630n__Amersham_Grammar_Schoo-xlarge_trans++d9YndxFlF_P5r6h_S_FUHZJPzBcBr0KBq39IK9EsX9I

 

Que sont les « Grammar Schools » ?

Une « Grammar school », c’est une école publique qui effectue une sélection à l’entrée. (Les élèves sont soumis à un examen d’entrée à l’âge de 11 ans.) Aujourd’hui il n’existe que 163 « Grammar schools » en Angleterre et 69 en Irlande du Nord.

Bien que les « Grammar Schools » existent depuis le seizième siècle, leur fonctionnement moderne date de 1944. Dès lors, ce type d’école se concentre sur des études exigeantes et ont pour but d’envoyer la plupart des élèves dans l’enseignement supérieur. En parallèle, il existe les « Secondary Moderns » qui sont des écoles non-sélectives pour les élèves qui ne réussissent pas l’examen d’entrée. Ceci jusque dans les années 60.

Dans les années 60, le gouvernement a aboli la création de nouvelles « Grammar Schools » et a décidé de faire disparaître ce type d’école parce que, selon les hommes politiques du parti travailliste, les « Grammar Schools » renforcent l’inégalité dans la société et privilégient la bourgeoisie.

Aujourd’hui, le système d’éducation britannique se compose des écoles d’état, des écoles privées, des écoles confessionnelles et des « Grammar Schools » créées avant 1960.

 102791058_Theresa_May-large_trans++ZgEkZX3M936N5BQK4Va8RWtT0gK_6EfZT336f62EI5U

 

Quelles sont les propositions de Theresa May ?

  • lever l’interdiction sur la création de nouvelles « Grammar Schools »
  • introduire un quota d’élèves issus des milieux les plus défavorisés dans chaque école.
  • Ces nouvelles « Grammar schools » devront participer à la création d’une école non-sélective ou d’une école primaire partenaire dans une zone moins favorisée.
  • Elles devront également patronner une école à fort taux d’échec scolaire (partage des infrastructures, échanges de professeurs, etc.)

 

GettyImages-94887495-820x550

 

Quels sont les avantages des propositions de Theresa May?

  • Permettre aux familles de choisir entre une école publique sectorisée ou un établissement sélectif de leur choix, évitant ainsi les problèmes de société liés à la sectorisation (ex. prix de l’immobilier dans lessecteurs bénéficiant d’une école publique de bon niveau).
  • Encourager la mobilité sociale.
  • Proposer les examens d’entrée à 11 ans, 14 ans et 16 ans laisser sa chance à chaque enfant d’intégrer une « Grammar school » tout au long de son cursus.
  • Encourager la réussite académique.

 

Quels sont les inconvénients ?

  • Risque de creuser les inégalités sociales en permettant aux familles les plus aisées de financer des cours particuliers pour que leurs enfants réussissent l’examen d’entrée.
  • Les statistiques montrent que ce type d’école n’encourage pas la mobilité sociale. En effet, dans les « Grammar Schools » seulement 2.6% d’étudiants sont éligibles aux repas gratuits (donc se trouvent en deçà du seuil de pauvreté), alors que le taux moyen en Grande-Bretagne est de 14.9%.
  • Certains pensent que 11ans est un trop jeune âge pour diviser les élèves selon leurs capacités.
  • Il y aurait une tendance des générations précédentes à surévaluer la valeur des « Grammar schools » pour l’entrée à l’université ou sur le marché du travail.

Catégorie : Comprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>